BACALEXI Constantina

bacalexi@vjf.cnrs.fr

Née le 27 avril 1961, à Athènes, Grèce.

Parcours

Il débute à Athènes, à la Faculté de Philosophie de l’Université d’Athènes. L’accès aux études universitaires se fait sur concours, après le Lycée : j’y ai réussi (30e sur 300 reçus, plus de 1000 candidats) en 1979. En 1983 j’ai obtenu ma maîtrise de lettres classiques, ce qui a mis fin au parcours universitaire grec et a ouvert la voie pour le poursuite de mes études de 3e cycle désormais en France (DEA, Doctorat), les deux premières années (1984-85 et 1986-87) en tant que boursière de la Fondation Alexadros Onassis. J’ai obtenu le DEA en Études grecques à la Sorbonne (Paris IV) en 1985. Par la suite, j’ai mené en parallèle mes recherches pour le doctorat et le travail de professeur de lettres classiques à l’Éducation nationale française (depuis 1989), tout en suivant pendant deux ans les séminaires de Marcel Detienne et de Stella Georgoudi à l’EPHE. Après la soutenance de la thèse en décembre 1993 j’ai obtenu le CAPES (1995) et l’Agrégation (1996) de lettres classiques, sans jamais arrêter d’enseigner et, en même temps, de poursuivre mes travaux de recherche. Je suis entrée au CNRS en 2002, en tant que membre de l’équipe éditoriale parisienne de l’Année Philologique. Par ailleurs, depuis 2001, je suis membre associé de l’UMR fédérative 8167 « Orient et Méditerranée », dont fait partie entre autres l’ancienne UMR 8062 « Médecine Grecque ». Également associée au projet « Héritages antiques dans l’Europe de la Renaissance » (« Projet Plantin », CESR-Universtié François-Rabelais de Tours-Institut universitaire de France, dirigé par Bernard Pouderon).

Diplômes et concours

Maîtrise de Lettres classiques, 1983, Université d’Athènes. Major de la promotion.

DEA en Études grecques, 1985, Université de Paris-Sorbonne Paris IV, sous la direction de Jacques Jouanna. Sujet : La notion de noblesse chez Euripide : première approche, étude du vocabulaire.

Doctorat ès lettres (Nouveau Régime, A.M. du 30.03.92), 1993, Université de Paris-Sorbonne Paris IV, sous la direction de Jacques Jouanna. Mention très honorable. Sujet : La notion de noblesse chez Euripide : étude sémantique et thématique.

CAPES interne de lettres classiques, session 1995 (rang : première).

Agrégation externe de lettres classiques, session 1996 (rang : 70).

Activités associatives

Membre de l’Association pour l’encouragement des Études Grecques (depuis 1993).

Membre actif de la Communauté Hellénique de Paris et des environs (ancienne responsable élue de la commission culturelle), au sein de laquelle j’ai co-animé l’Association d’Étude des Problèmes Helléniques (OMEP), qui regroupe des universitaires et chercheurs grecs, d’origine grecque ou philhellènes qui travaillent en région parisienne. J’ai notamment participé à l’organisation d’un certain nombre de conférences de vulgarisation scientifique et d’une table ronde sur Galien.

Au sein de la Communauté hellénique, j’ai assuré bénévolement pendant un an la formation d’élèves bilingues à la maîtrise de la langue grecque moderne, dans le cadre du projet éducatif des écoles de langue grecque en France (Ministère de l’Éducation nationale grecque, avec le concours de la Communauté hellénique).

Domaines de recherche

Trois axes principaux :

1) À la suite de ma thèse, la tragédie d’Euripide, avec un intérêt particulier pour la question du sacrifice volontaire, mais aussi celle, plus générale, de la remise en cause des stéréotypes sociaux et culturels traditionnels.

2) La médecine grecque, celle notamment de Galien, domaine que je dois au conseil et à la perspicacité de Jacques Jouanna, qui m’a proposé de faire partie de l’équipe chargée d’éditer, traduire et commenter les écrits du médecin de Pergame pour la CUF, co-dirigée par lui-même et Véronique Boudon-Millot. Chargée de la traduction et du commentaire du traité De pulsibus ad tirones et de l’édition, traduction et commentaire des 4 traités qui composent l’ensemble De morbo et accidenti : De morborum differentiis, De morborum causis, De symptomatum differentiis, De symptomatum causis.

3) La bibliographie

L’Année Philologique

Lors de mes années universitaires en Grèce, elle fut presque ma nourriture quotidienne, comme celle des mes condisciples. Une bibliographie internationale historique (depuis Marouzeau et Juliette Ernst jusqu’au XXIe siècle !) sorte de Bible incontournable. En France, le contact quasi quotidien s’est poursuivi : L’Année Philologique a été le passage obligé de nos travaux lors du DEA et de la thèse, afin de constituer les listes de référence bibliographiques. Une φοίτησις qui dura des décennies, jusqu’au jour où, en septembre 2002, je suis entrée au CNRS pour faire partie de l’équipe parisienne de rédaction, sous la direction de Pierre-Paul Corsetti. J’en suis Co-directrice depuis le volume 79.

Au sein de cette équipe, outre le travail d’analyse des sources (monographies, revues, recueils) et celui de la rédaction des notices correspondantes, je fais partie des cinq éditeurs chargés de la révision des contributions envoyées par nos équipes étrangères (américaine, espagnole, allemande, italienne, ainsi que des correspondants canadien et suisse). J’ai également la responsabilité de l’index nominum recentiorum, qui regroupe les personnages qui, de près ou de loin, sont liés à l’étude de l’Antiquité gréco-latine, depuis le 8e siècle de notre ère jusqu’à nos jours : s’y côtoient des érudits du Moyen-Âge et de la Renaissance, des savants européens, mais aussi arabes, syriaques et persans, les personnalités éminentes des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, mais aussi des collectionneurs, des mécènes, des « antiquaires », des diplomates, des écrivains ou des poètes. Cet index n’est pas encore accessible en ligne, en dehors de notre base des données AnPhil : il n’existe qu’en version papier, à la fin du volume imprimé, où paraissent uniquement les noms de chaque personnage, ses qualificatifs, sa nationalité ou son lieu d’origine, et ses dates. Enfin, j’assure la gestion des données de notre base AnPhil destinées au tome annuel, c’est-à-dire les opérations de tri informatiques et d’export (RTF et InDesign) visant à extraire, chaque année, les plus de 25000 références parmi les quelques 270000 que contient AnPhil.

Récemment, j’ai accepté de former et de suivre pendant un an le travail de deux nouveaux collègues, une en 2006 et le dernier éditeur recruté dans notre équipe parisienne en 2007.

Publications (classement chronologique)

1. Compilation d’index

Index du livre Les Savoirs de l’écriture en Grèce ancienne, Actes du colloque sur l’écriture organisé par l’École Pratique des Hautes Études à Paris, en 1984, publié sous la direction de Marcel DÉTIENNE, Presses Universitaires de Lille, 1988. Compilation de deux Index : Auteurs anciens et textes cités Noms, choses, concepts

Index du livre de Marcel DÉTIENNE, L’écriture d’Orphée, Gallimard, 1989

2. Articles de revues ou de recueils.

« Médée héroïque : persistance ou perversion du code ? », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, octobre 1999, 274-299.

« Galien et les médecins débutants : le pouls comme moyen de diagnostic et de pronostic », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, juin 2001, 131-152.

« Trois traducteurs de Galien au XVIe siècle : Niccolò Leoniceno, Guillaume Cop, Leonhart Fuchs », in Lire les médecins grecs à la Renaissance : aux origines de l’édition médicale. Actes du colloque international de Paris (19-20 septembre 2003), éd. par V. Boudon-Millot et G. Cobolet, Paris 2004, 247-269.

« Responsabilités féminines : mères, sages-femmes et nourrices chez quelques médecins de l’Antiquité et de la Renaissance », Gesnerus 62 1-2, 2005, 5-32.

« Le sacrifice volontaire dans la tragédie d’Euripide », in Textes In memoriam Stathis DAMIANAKOS, Paris 2005, 81-116.

« Ἡ ἐθελοντικὴ θυσία τῆς Ἂλκηστης τοῦ Εὐριπίδη » (en grec moderne ; trad. du titre : « Le sacrifice volontaire dans l’Alceste d’Euripide »), Hellenica 2007 57 (2)7-28. « Trois traducteurs de Galien au XVIe siècle et leur regard sur la tradition arabe », in Pratique et pensée médicales à la Renaissance. Actes du 51e colloque international d’études humanistes (Tours, 2-6 juillet 2006), éd. par Jacqueline Vons, Paris 2009, 201-221.

2. Comptes rendus de livres.

Katerina Synodinou (introduction, texte, traduction et commentaire), Εὐριπίδη, Ἂλκηστις (en anglais), Bryn Mawr Classical Review (28.10.2006).

Davide Susanetti, Euripide (en anglais), Bryn Mawr Classical Review (15.07.2008).

Saïd Bouamama, France : autopsie d’un mythe national (mars 2009, paru en ligne http://www.espaces-marx.org/spip.ph...).

3. Traductions avec notes explicatives

Extraits de l’Autobiographie de Markos VAMVAKARIS, publiés dans la revue Chroniques Grecques, n°5, 1987, sous le titre général « Les chants des rébètes ». La revue est publiée par l’Association franco-hellénique Les Amis de la Grèce, avec le concours du Centre National des Lettres.

Georges SEFERIS, Introduction à l’Erotocritos, Chroniques Grecques, n°6, 1988, sous le titre général « Regards sur la Crète ».

Collaboration au Catalogue bilingue de l’exposition Hommage à Iris CLERT, organisée dans le cadre de la Biennale des Femmes au Grand Palais, du 4 au 30 juin 1988.

4. Articles de presse.

« Ηρακλής και Θησέας : η μεταμὀρφωση του μυθικοὐ ήρωα » (en grec moderne, ; trad. du titre : « Héraclès et Thésée : la métamorphose du héros mythique ») paru dans la revue mensuelle Ιστορικά Θέματα N°3, janvier 2002.

« Εὐριπίδης Ἀθηναῖος », in Το Δελτίο (Le Bulletin, trimestriel d’information de la Communauté Hellénique de Paris et des environs), mars 2009.

5. À paraître.

« Liquide et souffle dans les traités de Galien sur les maladies et les symptômes : la notion d’emphraxis », à paraître dans les Actes du colloque international Humeurs, crases, tempéraments : la chimie du vivant dans la médecine et la biologie antiques (organisé par l’IUHMSP à Génève et Lausanne, en 2004).

« Le sacrifice de Ménécée dans Les Phéniciennes d’Euripide : patriotisme, civisme et pessimisme », à paraître dans un prochain numéro de la revue Métis.

« Le traité de Galien De pulsibus ad tirones : pratique médicale et représentation du corps humain », à paraître dans les actes du colloque international Medicine in the Ancient Mediterranean world, organisé par l’Université de Chypre, 27-29 septembre 2008.

Participation à des colloques, séminaires ou journées d’étude

Colloque international Lire les médecins grecs à la Renaissance, organisé par l’UMR 8062 du CNRS (Médecine grecque) et la BIUM à Paris, 19-20 septembre 2003.

Colloque international Humeurs, crases, tempéraments : la chimie du vivant dans la médecine et la biologie antiques, organisé par l’IUHMSP à Génève et Lausanne, 6-8 mai 2004.

51e Colloque d’études humanistes, organisé par le CESR (Université François-Rabelais et UMR 6576 du CNRS) à Tours, 2-6 juillet 2007.

Colloque international Medicine in the Ancient Mediterranean world, organisé par l’Université de Chypre à Nicosie, 27-29 septembre 2008.

Journée d’étude Articulation entre textes antiques et tradition médiévale dans le domaine scientifique à la Renaissance, organisée par le CESR à Tours le 6 février 2009 : « Les traducteurs et commentateurs de Galien face à la tradition arabe ».

Séminaire romand d’histoire de la médecine (IUHMSP, Génève et Lausanne) : « Galien et les médecins débutants : le pouls en tant que moyen de diagnostic et de pronostic », 6.12.2000. « Les traités de Galien sur les maladies et leurs traductions à la Renaissance », 21.01.2004.

« La conformation des jeunes enfants chez Galien » à la journée doctorale « Médecine grecque » organisée à Paris par l’UMR 8167 le 1.04.2006.

Conférences

« L’autre Médée », conférence accompagnée de projection commentée d’extraits du film Médée de Pier Paolo Pasolini, organisée par l’association OMEP et la Communauté hellénique de Paris, le 4.04.1998.

« Héraclès, Thésée : du héros mythique au héros tragique », organisée par l’association OMEP et la direction de la Fondation Hellénique de la Cité Universitaire, le 28.11.1998.

« Galien : un médecin “moderne” au 2ème siècle après J-C » organisée par l’association OMEP et la direction de la Fondation Hellénique de la Cité Universitaire, le 24.03.2001.

Organisation d’une table ronde : Galien : médecine antique, problématique moderne, le 9 mars 2002, à la Fondation Hellénique de la Cité Universitaire. Mon intervention était intitulée : « La maladie dans le traité de Galien De morborum differentiis : une conception esthétique ? ».

Invitée à l’UTL-Université d’Orléans deux fois : 4.12.2003 : « Les traducteurs de Galien à la Renaissance et leur regard sur les Arabes » 16.03.2006 : « Transmission des textes médicaux : regards sur Galien ».

(Une nouvelle invitation est lancée pour la rentrée 2009).

Langues

1. Modernes grec, français, anglais, allemand, italien, espagnol

2. Anciennes grec, latin